法国侨网

 找回密码
 注册

只需一步,快速开始

搜索
法国侨网 首页 新闻 原创新闻 查看内容

一名中国驻法国使馆外交官对抗击新冠肺炎疫情事实真相的观察 ...

2020-3-22 10:26| 发布者: 海芬心语| 查看: 167| 评论: 0

摘要: 近期,新冠肺炎疫情在全球加速蔓延,世卫组织正式将其宣布为全球性流行病,呼吁各国投入更大的政治承诺和更多资源。包括法国在内的欧洲国家疫情吃紧。一些媒体在大量报道政府和民众抗击疫情面临的困难和挑战时,还不 ...

近期,新冠肺炎疫情在全球加速蔓延,世卫组织正式将其宣布为全球性流行病,呼吁各国投入更大的政治承诺和更多资源。

包括法国在内的欧洲国家疫情吃紧。一些媒体在大量报道政府和民众抗击疫情面临的困难和挑战时,还不忘诋毁一下中国。他们妄称是中国“制造”了病毒,并延误了病毒控制,把病毒“输出”到别国,造成了“全球大流行”,企图将欧美国家应对不力的责任推给中国。

事实上,美、欧、日、中等多国科学家和世卫组织研究表明,新冠病毒来源尚无定论,疫情虽然率先在中国大规模暴发,但并不意味着源头在中国,更不能诬称病毒是“中国制造”,相反中国人民也是病毒的受害者。在美国众议院前几天举行的听证会上,美国疾控中心主任雷德菲尔德承认,美国去年9月开始的大流感中,一些看似死于流感的人,实际上死于新冠肺炎。而这比武汉发现第一个病例早了三个月。在世界卫生组织早已定名本次疫情为2019新冠病毒的情况下,美国上到总统、国务卿,下到国会议员还张口闭口诬称“中国病毒”、“武汉病毒”。这非但不能让中国蒙羞,反而彻底暴露了他们的种族主义嘴脸,反衬出其人品的卑劣。一向标榜独立正派的法国大报不该跟着美国政客秀下限。

中国在疫情暴发之初就第一时间取消了出境旅游团,严防疫情向外扩散。1月10日,中国与世卫组织分享了新冠病毒全基因组序列。1月23日武汉市“封城”时,中国之外的确诊病例数仅有9例,占全球病例总数1%。反而是在一个月之后,中国抗疫即将决胜之时,疫情突然在韩、日及欧美大暴发。目前,中国以外病例数和死亡数都远远超过中国。可见,疫情全球大流行不是中国的错。

从欧洲看,意大利作为疫情最严重的国家,其“零号病人”至今仍是个谜。而据《费加罗报》3月11日报道,其“一号病人”于今年1月25日,也就是武汉“封城”2天后,曾与一位从中国回来的同事吃饭。然而这位同事事后病毒检测为阴性。流行病学专家据此强烈怀疑该“一号病人”系受本地病毒感染。意大利疫情大规模暴发出现在2月底,而当时中国疫情已得到很好控制,每日新增病例已处于低位。世卫组织专家表示,中国用自己的巨大牺牲为全球抗疫争取了宝贵的窗口期。遗憾的是,现在看来,很多国家并没有抓住。

新冠病毒是全人类的敌人。然而,在某些法媒驻华记者眼里,这个病毒似乎成了他们攻击中国的盟友。当中国深陷疫情困境时,他们幸灾乐祸、落井下石;当中国成功遏制住疫情,而中国之外的国家疫情暴发时,他们又指责是因为中国最初延误疫情控制才导致在世界范围暴发;当中国出于人道主义向疫情严重的国家慷慨援助医疗物资时,他们又阴阳怪气地说中国是在搞“口罩外交”。总之,中国做什么都是错的。这些驻华记者满脑子充斥着意识形态的偏见,他们常驻中国不是为了直观了解中国,向法国民众全面介绍中国,而是为了挖中国的“阴暗面”,把一些对政府不满的人(这种人在世界各国都有)的怨恨诋毁之词放大为整个国家的现实。他们指责中国外交部发言人发推特造美国的谣,却从来不批评美国领导人的涉华种族主义言论。

当全球疫情形势发生逆转后,一些所谓的中国问题专家开始坐不住了。他们罔顾中国政府和人民做出的巨大努力和牺牲,无视世卫组织专家对中国抗疫做法和成果给予的客观公正评价,一口咬定病毒源自中国,若非中国延误了三个星期,就不会有今天的“全球大流行”,把本国今天面临的困境怪罪于中国。

还有一些专家学者则忙不迭地进行制度比较,断言“新冠疫情全球大流行昭示着共产主义意识形态的失败”。本月初,法国某大报刊登了一位专家的评论文章。她说:“自由民主制度能更有效地应对疫情。当专制政权被突发疫情动摇了根基时,民主政体则平静、透明、理性地作出回应。他们作出预判和分析。他们的开放而协调的卫生体系能够作出快速反应。民主体制的透明和信息流动确保了应对疫情的效率。”她还说,民主体制的领导人要对选民负责,因此他们不会采取压制人性、扼杀社会流动的措施。另一大报则刊登一位中国问题专家的文章说,“中国的专制治理模式不值得效仿”。

但愿他们说的都是真的,不过……现实很残酷。

各国历史文化不同,所采取的政治制度和治理模式也各异其趣,各具特色。我无意对各国制度优劣进行对比,也不喜欢给别人贴标签。但我可以晒一晒面对这场世所罕见的全球重大突发公共卫生事件,中国特色社会主义制度是如何应对的。

首先,我们秉持以人民为中心的执政理念,把人民的生命安全和身体健康放在最重要位置,采取最全面、最严格、最彻底的防控措施,不惜停工停产,付出巨大经济代价也要遏制疫情蔓延,拯救人民生命。

其次,我们的传统文化崇尚集体主义、团结互助。所以当此大难临头,全体中国人民不是各奔东西、四散逃离,而是万众一心、众志成城,齐心协力奋勇抗击病毒恶魔。

第三,我们有集中力量办大事的制度优势。我们分别用10天和12天建成了两座共有2500张病床的高标准传染病医院,用几天时间将一批公共设施改造成拥有几万张床位的方舱医院,从全国十几个省市调集4万多医护人员驰援湖北,用十多天时间把武汉1100万居民全部进行筛查,分拣出确诊和疑似病例,分别收治或隔离观察,成功阻断病毒传播,从而在短短一个月就使中国境内发病率从每天两三千降至个位数,进而在全国所有省市区实现本地新增病例归零。

第四,我们有中国共产党领导的超强组织动员能力和执行能力。无论是武汉“封城”、湖北“封省”,还是要求居民居家隔离、组织挨家入户排查病例,抑或是保障居民日常生活物资供应,以及各省市区之间的联防联控,都在党和政府的统一领导、统筹调度下有条不紊地进行,没有出现任何社会骚乱。

当前,抗击新冠肺炎疫情的斗争进入了“下半场”。中国在继续做好自身防护工作的同时,将尽己所能为世界各国抗击疫情提供经验分享和物质帮助。我们还将全力复工复产,让世界经济的发动机重新运转起来,确保全球产业链、供应链不断裂,从而保持世界经济的稳定,助力各国抗疫斗争。

Observation d’un membre

de l'ambassade de Chine en France

des quelques vérités sur

l’épidémie de Covid-19

Ces derniers temps, la propagation du Covid-19 s’est accélérée dans le monde, au point que l'OMS a officiellement qualifié le phénomène de pandémie et appelé les différents Etats à s’impliquer davantage, tant politiquement que matériellement.

La situation épidémique en Europe, y compris en France, est tendue. Certains médias, tout en faisant largement état des difficultés et des défis auxquels sont confrontés les gouvernements et les populations dans leur lutte contre le virus, n’ont pas oublié d’égratigner la Chine au passage. Ils ont osé affirmer que la Chine avait « fabriqué » le virus, pris du retard dans son contrôle, et puis l’avait « exporté » dans d'autres pays, provoquant ainsi cette « pandémie mondiale ». Ce discours est destiné à faire porter à la Chine la responsabilité des insuffisances des pays européens et des Etats-Unis dans leur riposte contre le virus.

En fait, des recherches menées par des scientifiques de différents pays, dont les Etats-Unis, l’UE, le Japon, la Chine, ainsi que de l'Organisation Mondiale de la Santé, ont montré qu’il était impossible de déterminer avec certitude l’origine du Covid-19 et que, même si l’épidémie avait éclaté en Chine, cela ne signifiait pas pour autant que sa source était en Chine. Il était encore plus absurde de prétendre que le virus était « Made in China » alors que le peuple chinois en était la victime. Il y a quelques jours, au cours d’une audition à la Chambre des Représentants américaine, le Directeur du Center for Disease Control, M. Redfield, a reconnu qu’au début de l’épidémie de grippe apparue aux Etats-Unis en septembre dernier, des décès attribués -à tort- à la grippe étaient en fait dûs à une pneumonie provoquée par le nouveau coronavirus. Et cela a été trois mois avant le premier cas découvert à Wuhan. Alors que l’OMS avait depuis longtemps baptisé l’épidémie « Covid-19 », les États-Unis - du Président au Secrétaire d’État, jusqu’aux membres du Congrès - persistent à parler systématiquement sans vergogne du « virus chinois » et du « virus de Wuhan ». Loin de flétrir la Chine, cela ne fait qu’exposer au grand jour leur racisme et révéler leur bassesse. Des journaux qui se présentent comme grands quotidiens français indépendants et respectables ne devraient jamais s’aligner sur les tours les plus bas des bateleurs politiques américains.

La Chine, dès les premiers signes d’épidémie, a stoppé le tourisme hors de ses frontières et pris des mesures strictes pour éviter la propagation du virus à l’étranger. Le 10 janvier, la Chine a partagé avec l’OMS la séquence du génome du virus. Lorsque le 23 janvier, la Chine a déclaré Wuhan « ville fermée », il n’y avait que 9 cas confirmés hors de Chine, soit 1% du total mondial. C’est un mois plus tard, au moment où la Chine était sur le point de vaincre l’épidémie, qu’elle a brutalement éclaté en Corée, au Japon, en Europe et aux États-Unis. Actuellement, les nombres des cas confirmés et des décès en dehors de Chine dépassent tous largement ceux de la Chine. Cela montre bien que la pandémie mondiale n'est pas de la faute de la Chine.

L'Italie, qui est le pays européen le plus sévèrement frappé, n’a toujours pas identifié son « patient zéro ». Mais, selon Le Figaro du 11 mars, le 25 janvier, deux jours après la mise en quarantaine de Wuhan, le "Patient N°1" a dîné avec un collègue de travail tout juste rentré de Chine. L’homme est plus tard testé négatif, conduisant les épidémiologistes à considérer une hypothèse de la circulation préexistante du virus localement. L'épidémie en Italie a commencé à se propager à grande échelle fin février. A cette date, l'épidémie en Chine était déjà bien sous contrôle et les nouveaux cas recensés étaient peu nombreux. Les experts de l'OMS ont déclaré que la Chine, par l’ampleur de son immense sacrifice, avait offert au monde une précieuse fenêtre d’opportunité pour riposter à l’épidémie. Malheureusement, il semble que de nombreux pays n’ont pas su la saisir.

Le Covid-19 est l’énnemi de l’humanité toute entière. Cependant, il est perçu par certains correspondants de presse français, comme un allié pour s’en prendre à la Chine. Quand la Chine s’enfonce dans l’épidémie, ils se réjouissent et en rajoutent. Quand la Chine parvient à contenir l'épidémie sur son sol mais qu’elle éclate à l’étranger, ils accusent la Chine d'avoir, dans un premier temps, tardé à l’endiguer et d’avoir ainsi provoqué sa dissémination dans le monde entier. Quand la Chine, dans un souci humanitaire, propose généreusement son aide sous forme de matériel médical pour les pays les plus touchés, ils persiflent sur la « diplomatie du masque ». Bref, quoi que fasse la Chine, c’est mal.

Ces correspondants permanents basés en Chine sont imbus de préjugés idéologiques. Ils sont en Chine, non pas pour connaître le pays tel qu’il est et le peindre aux Français dans toutes ses composantes, mais bien au contraire, pour ne gratter que son côté sombre et amplifier les discours pleins de ressentiments d’opposants au gouvernement (population qu’on trouve d’ailleurs dans tous les pays) et faire croire qu’ils représentent le pays réel. Ils ont accusé un Porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères de « colporter » par son Tweet des rumeurs sur les Etats-Unis, mais jamais ils n’ont critiqué les dirigeants américains pour leur rhétorique raciste contre la Chine.

Après l’inversion de la courbe de l’épidémie, quelques soi-disant spécialistes de la Chine ont commencé à se sentir mal. Dénigrant les immenses efforts et sacrifices consentis par le gouvernement et le peuple chinois, ignorant superbement les avis objectifs et impartiaux des experts de l’OMS sur ses méthodes et ses effets contre l’épidémie, ils affirment sans en démordre que le virus est né en Chine, que le pays a perdu trois semaines sans lesquelles on aurait pu éviter cette « pandémie mondiale » et pour finir, ils blâment la Chine pour les difficultés auxquelles ils sont eux-mêmes aujourd’hui confrontés.

D’autres experts et universitaires versés dans le benchmarking politique, ont conclu sans appel que « l’épidémie mondiale de Covid-19 a mis en lumière la faillite de l’idéologie communiste. » Au début de ce mois, un grand journal français a publié l’analyse d’une spécialiste selon qui « Les démocraties libérales ont été beaucoup plus efficaces. Alors que les dictatures ont été déstabilisées par l’imprévu, les démocraties ont réagi avec calme, transparence et rationalité. Elles ont su anticiper et expliquer. Leurs systèmes de santé ouverts et coordonnés, ont réagi rapidement. La transparence des démocraties et la circulation des informations sont des garants d’efficacité face aux épidémies. » La spécialiste a rajouté que « Les démocraties libérales doivent assumer les conséquences de leurs choix dans les urnes, car leurs dirigeants sont responsables devant les électeurs. C’est pourquoi elles ne sauraient avoir recours à la contrainte déshumanisée pour étouffer les manifestations et les mouvements sociaux. » Un autre quoditien a publié l’article d’un spécialiste de la Chine, disant que « le modèle de gouvernance autoritaire chinois n’est pas à suivre ».

On aimerait tant qu’ils disent vrai, mais hélas… la réalité est cruelle.

Chaque pays a son histoire et ses traditions. Chacun a son régime politique et sa gouvernance qui lui est propre. Il n’est pas question pour moi de comparer ici les atouts et les faiblesses des différents régimes, pas plus que j’aimerais coller telle ou telle étiquette à qui que ce soit. Mais permettez-moi juste de dire deux mots sur la manière dont a fonctionné le système socialiste aux caractéristiques chinoises, face à l’irruption de cette crise sanitaire mondiale d’un genre si rare.

Tout d'abord, pour nous, l’homme est au cœur de notre conception de la gouvernance. Nous plaçons sa sécurité physique et sa santé au sommet de nos priorités. Cela passe par les mesures préventives les plus complètes, les plus strictes et les plus rigoureuses, même au prix de l’arrêt de l’activité et de la production. Quel qu’en soit le coût économique, nous devons tout mettre en œuvre pour stopper l’épidémie et sauver des vies.

Deuxièmement, notre culture traditionnelle a toujours valorisé la collectivité, la solidarité et l’entraide. C’est pourquoi, dès le début de la catastrophe, les Chinois, loin de s’éparpiller et de fuir, se sont rassemblés comme un seul homme, et dans même un élan de solidarité, se sont battus contre ce démon du virus.

Troisièmement, l’avantage de notre système est qu’il nous permet de concentrer notre énergie pour réaliser de grandes choses. Nous avons, en 10 et 12 jours, réalisé la construction de deux hôpitaux aux normes épidémiologiques exigeantes pour un total de 2 500 lits, et converti en quelques jours une série de bâtiments publics en hôpitaux de campagne pourvus de dizaines de milliers de lits. Plus de 40 000 personnels soignants provenant des quatre coins de la Chine ont été mobilisés pour soutenir le Hubei. Ils ont examiné l’ensemble des 11 millions de Wuhanais en un peu plus de dix jours, trié les cas confirmés et suspects, décidé des prises en charges, des quarantaines et des mises en observation, parvenant ainsi à bloquer la transmission du virus de sorte qu’en à peine un mois, la prévalence du Covid-19 en Chine est passée de deux à trois mille cas par jour, à moins de dix. Après quoi, plus aucun nouveau cas local n'a été enregistré dans le pays.

Quatrièmement, nous bénéficions des super capacités de mobilisation et d'exécution du Parti communiste chinois qui est à la manœuvre. Qu'il s'agisse de fermer Wuhan ou de fermer la province du Hubei, d'imposer le confinement chez eux aux citoyens, d'organiser les visites de malades à domicile, d'assurer le ravitaillement quotidien des gens, de la prévention et de la coordination des efforts de lutte entre les provinces et municipalités, tout s’est effectué sous la direction et la planification unifiées du Parti et du Gouvernement, le tout, sans le moindre désordre social.

Nous entamons maintenant la deuxième mi-temps du combat contre le Covid-19. Parallèlement à la poursuite de nos efforts d’auto-préservation, nous ferons tout notre possible pour offrir à tous ceux qui luttent contre l’épidémie, partage d’expérience et assistance matérielle. Nous nous efforcerons également de reprendre le travail et la production pour faire redémarrer le moteur de l'économie internationale, en assurant la fluidité des chaînes de valeur et d'approvisionnement mondiales pour préserver la stabilité de l'économie mondiale et aider les pays dans leur lutte contre l’épidémie.


佩服

高兴

支持

新奇

感动

愤怒

难过

流汗

最新评论

联系我们|侨网简介|关于我们|侨网历史|广告服务|手机版|小黑屋|Archiver|法国侨网  

GMT+1, 2020-4-2 06:38 , Processed in 1.415903 second(s), 20 queries .

Franceqw.com     侨网法律顾问:孙涛律师

网站技术支持:高讯科技

CopyRight © 2008-2013 法国侨网. All Rights Reserved

返回顶部